317799_3744-300x225Un des leviers de réussite d’un processus d’individualisation d’une formation consiste à mettre en place des moyens individualisés d’accompagnement dans lesquels l’élève est considéré comme unique certes mais surtout acteur premier de sa formation.

Une piste possible est de faire évoluer le conseil de classe en conseil de progrès.

Cette idée part du constat que le conseil de classe n’est plus forcément adapté dans cette logique où l’élève est actif et maître d’œuvre de sa formation : c’est donc à lui de faire son propre bilan et de s’engager.

Il s’agit donc ici de prendre le contre-pied du conseil de classe et de favoriser l’engagement de l’apprenant par une réflexion autocritique sur ses forces et sur ses faiblesses. Il est à noter que les conclusions apportées permettent aussi d’affiner le parcours de formation pris en main par l’apprenant.

La préparation.

Durant l’alternance qui précède le conseil, les apprenants, avec l’aide de leur enseignant principal, font le point sur leur formation. Pour cela, ils s’appuient sur les documents d’accompagnement qu’ils auront pris soin de renseigner périodiquement, des bulletins de note ainsi que d’outils d’aide à la réflexion personnelle.

De manière non systématique des entretiens individuels peuvent être envisagés.

Ils portent alors leurs conclusions grâce à des documents basés sur un schéma du type bilan individuel. C’est cette conclusion qui résume le niveau d’acquisition des compétences et la dimension comportementale qui sera exposée lors du conseil de progrès.

Déroulement.

Le conseil réunit l’équipe pédagogique et les élèves réunis de préférence en groupe entier (ainsi que les tuteurs pour des formations en apprentissage). De cette manière, les engagements pris par chaque élève sont connus et assimilés par l’ensemble du groupe. On notera que les délégués de section ont alors une existence formelle (mais réglementaire).

Chaque élève résume à tour de rôle ses réussites et ses échecs pour chaque discipline (l’enseignant ne donne plus individuellement son avis mais peut réagir). Ce bilan individuel est formalisé grâce à des outils adaptés au niveau d’étude de l’élève.

Pour finir l’apprenant donnera ses engagements par contrat pédagogique.

Ces outils sont des documents d’aide à la réflexion permettant à l’apprenant de réaliser son autocritique (questionnements, aide à l’analyse comportementale) ainsi que du contrat pédagogique.

De plus, une réflexion doit être menée par rapport à une éventuelle notation des progrès accomplis et des efforts fournis.

En revanche, la préparation du conseil ne doit pas dépasser 2 heures, le conseil de progrès ne devant pas excéder le temps d’un conseil de classe classique soit environ 1h30.

Conclusion

Cette méthodologie a pour but de développer la responsabilisation des élèves et de permettre un diagnostic précis et individualisée pour chaque élève. En revanche, il s’agit d’un dispositif qui doit trouver l’adhésion des parties, il est donc nécessaire de communiquer et d’expliquer clairement les objectifs poursuivis.

Il sera notamment la base d’un accompagnement personnalisé des élèves.

Concernant l’aide à l’autoévaluation des élèves on pourra se reporter aux documents déjà publiés sur PedagoGeeks :

Autoévaluations des élèves