The-Personal-Branding2Traduction littérale, gérer et créer sa « marque personnelle »

Nouvelles formes de recrutement

Il y a encore peu de temps, disons vingt ans, le principal moyen de postuler à une offre d’emploi consistait tout simplement à envoyer son curriculum vitae et sa lettre de motivation manuscrite. L’arrivée d’Internet et la popularisation de l’outil informatique a permis dans un premier temps de gérer les candidatures par mail puis progressivement par l’intermédiaire d’outils de gestion de CV notamment dans les grands groupes.

Les entreprises de leur côté avaient peu de moyens (en tout cas à bas coût) pour vérifier l’exactitude des informations décrites notamment les diplômes.

Il y a 6 à 7 ans, une évolution majeure d’Internet est intervenue : le Web 2.0. Pour résumer, nous sommes passés de sites contenant des pages statiques à des sites dynamiques offrant la possibilité à l’internaute non seulement interagir mais de devenir acteur et producteur de contenus. Ainsi des marques telles que FaceBook, Myspace, YouTube font désormais parti du paysage usuel.

Collaboratif et social, le Web 2.0 offre des opportunités nouvelles aux individus de dépasser largement les recherches classiques d’emploi. Revers de la médaille : vous laissez dernière vous de nombreuses traces pas toujours désirées et surtout bien difficile à effacer. Autre revers (si s’en est un) les entreprises disposent aujourd’hui de moyens efficaces (pas forcément fiables) pour détecter les CV

Quand employabilité rime avec visibilité

1°) La première difficulté intervenant alors pour le chercheur d’emploi consiste à améliorer sa visibilité. Non pas que nous devions être affichés systématiquement en 4 par 3 sur les panneaux d’affichage des zones commerciales ! Non, il s’agit plutôt de faire en sorte que notre CV, notre blog, nos réalisations apparaissent plus facilement dans les moteurs de recherches publics ou d’entreprise.

Ainsi, cela nécessite d’une part d’aborder son CV sur une nouvelle approche, celle des mots clés. En effet, les recruteurs disposent désormais de CV en « viviers » déposés de façon plus ou moins automatisées sur des logiciels dédiés. Vous ne pouvez plus postuler pour les grands groupes français même par mail, et lorsque c’est le cas le CV word ou pdf est transformé par un système informatique pour être intégré dans une base de données. Peu réjouissant mais c’est comme ça.

Ainsi il est dangereux de ne pas être précis en termes de compétences techniques, sociales ou organisationnelles. Et les mots choisis devront l’être très attentivement pour être repéré.

2)° Deuxième point, qui est très vrai pour certains métiers où la concurrence est forte, il est nécessaire de démultiplier les médias sur lesquels vous parlez de vous. Et les possibilités sont aujourd’hui très nombreuses et permettent de laisser libre cours à son imagination :

– CV sur sites emploi, plutôt axés compétences

– Profils sur les sites sociaux professionnels

– Portefolio numériques où vous présentez vos actions, bilans, productions

– Blogs professionnels

– CV vidéo déposés sur YouTube ou Daily Motion

– Utiliser les médias sociaux tels twitter ou facebook (à bon escient – voir le dernier paragraphe) de manière à faire parler de soi, et d’interagir dans des communautés d’opinions

Ainsi, le candidat s’offre davantage de chance d’être repéré par une entreprise tout en élargissant son réseau c’est-à-dire des contacts potentiels, qui pourront le cas échéant proposer des opportunités nouvelles.

3°) Le troisième point concerne la difficulté aujourd’hui pour un candidat de faire la différence par rapport à un autre. En effet, les entreprises disposent souvent de nombreuses candidatures de qualité présentant des compétences très équivalentes. Elles choisiront alors le candidat qui aura mieux su se « présenter », se vendre. Développer son employabilité, c’est-à-dire accroitre son niveau de compétences, est une chose, savoir les vendre en est une autre.

Le personal branding

Nous arrivons donc à ce concept récent : le personal branding. Ou comment gérer sa carrière comme une marque. Pour bien comprendre le phénomène pensons tout simplement à ses personnalités américaines et aujourd’hui françaises, vedettes de talk shows, politiciens qui ont fait de la gestion de leur image et de leur visibilité dans les médias une véritable entreprise.

Ainsi, il s’agit d’entreprendre sa carrière par une démarche commerciale et marketing, faire sa propre publicité.

Concrètement il s’agit de publier sur le net des informations afin de :

– exposer, décrire et même démontrer ses compétences,

– démontrer la valeur ajoutée que l’on peut apporter à une entreprise,

– promouvoir ses travaux et réalisations,

– parler de soi. Un recruteur peut alors être séduit par un profil qu’il n’aurait pas repéré par un simple CV. Il s’agit alors de communiquer sur son savoir-être, sa personnalité, en les mettant en valeur bien sûr,

– faire valoir de manière dynamique ses centres d’intérêt,

– faire parler de soi et donc élargir son réseau et ses contacts potentiels,

– augmenter sa visibilité, comme une marque, en multipliant sa présence sur le Web par l’intermédiaire de différents sites, réseaux sociaux, partage de médias et de documents, blogs, sites personnels,

– écrire l’histoire de ses réussites et de ses succès comme de véritables nouvelles (plus connu sous le nom de Story Telling),

La gestion de son e-reputation

Ainsi que nous l’avons dit plus haut, les traces laissées sur Internet s’effacent très difficilement. Il y a donc deux aspects à cette question :

– d’une part, veiller à ne déposer des éléments sur soi contribuant à laisser une représentation positive et gratifiante de soi. On évitera donc sur Flickr ou You Tube les photos de soirées un peu trop arrosées… Ou encore d’égratigner son employeur sur Facebook. Et tout ce qui peut nuire à son image pour le futur employeur.

– d’autre part, repérer et chercher à éliminer les éléments non désirés, déposés par des tiers. C’est une tâche parfois compliquée. La plupart du temps cela consiste à contacter directement la personne, le site où l’information est publiée pour demander le retrait.

Comment alors vérifier sa visibilité et son e-reputation ?

Il existe quelques sites dédiés gratuits ou non (ces derniers seront bien sûr plus performants) tels que 123 People. Et le plus simple consistant à taper son nom dans « Google » voire à créer une alerte dans ce dernier.

Pour en savoir plus :

Le site et les travaux de Béatrice Cuvelier

Le site de Pascale Baumeister

Le site “identité et réputation numérique”

et notamment sur ce dernier l’article sur le personal branding et l’entreprise 2.0