La curation est un concept très récent promis à un avenir exceptionnel. Il permet d’automatiser une veille technologique sur un domaine précis, choisi par l’internaute. Le service Web trie, analyse et diffuse l’information à partir de mots clés et de critères définis par l’utilisateur.

Ces services vont devenir indispensables à la navigation sur le Web, la quantité d’informations disponibles étant en inflation exponentielle. En grande partie d’ailleurs à cause de l’immensité de la blogosphère. Peut-être seront-ils les moteurs de recherche de demain…

Tout comme le social bookmarking, la curation permet finalement de réaliser un travail de documentaliste pour permettre d’aiguiller des recherches particulières ou mettre en avant certains contenus jugés pertinents. Nous parlons donc bien ici de la réalisation d’une veille technologique et de revues de presse.

Enfin, la curation peut être comme le social bookmarking, être utilisée avec les élèves de manière tout à fait autonomie sans avoir recours nécessairement à la construction d’un blog. Cependant, elle en complète considérablement les fonctionnalités. Nous verrons également que la curation modifie aussi profondément les usages qu’on peut faire de Twitter.

Les usages pédagogiques de la curation

Pédagogiquement parlant 2 usages essentiels sont à relever :

- Compléter les contenus d’un blog thématique, par la diffusion d’autres ressources issues de blogs voisins, de journaux… Le flux « sortant » est mis à disposition d’auditeurs qui partagent le centre d’intérêt en question

Ainsi, l’enseignant pourra proposer à ses élèves ou à une communauté de pratiques des contenus qu’il aura vus sur le Web, trouvés intéressants et archivés.

En ce sens, il ne s’agit pas d’une webographie, mais bien d’un dossier documentaire, d’une revue de presse réalisée sous format informatique.

- Réaliser une veille technique et documentaire. Comme nous l’avons déjà souligné, les recherches sur Internet deviennent difficiles à réaliser en raison de la somme de plus en plus importante d’information à disposition. Dans ce cadre, la curation est utilisée pour son flux « entrant ».

Elle pourra être utilisée avec les élèves de manière collaborative pour des recherches thématiques.

Notons d’ailleurs, que pour l’enseignant la pratique de la curation lui permettra de travailler la capacité de synthèse, d’analyse et de réflexion des élèves tant au niveau du choix des mots clés que de la sélection des articles sur des critères de pertinence.

On pourra également l’envisager pour soi-même, en tant que professionnel de l’enseignement désireux de maintenir ses compétences pédagogique ou techniques à niveau. Par exemple, pour un enseignant d’électronique, la curation pourra automatiser les recherches sur les innovations récentes et l’état de la recherche institutionnelle.

Les services Web disponibles

 De nouveaux services de curation 2.0 apparaissent régulièrement, ce passage ne sera certainement plus à jour d’ici quelques mois, et peut-être quelques mois. Notons cependant 3 services de curation principaux que sont Paper.li, Scoop.it et Pearltree.

Paper.li, présente les résultats de la veille sous la forme d’un journal tel que le Monde, le Figaro ou Libération. Les contenus seront ici classés par sous thématiques, par exemple, politique, environnement, business ou autres… Pour ce service, les sources d’informations sont fournies par l’intermédiaire du compte twitter ou facebook de la personne ayant souscrit au service. Dans le premier cas, les contributions seront fournies par les twitts, les messages, des abonnements du compte. Dans le second, elles seront apportées par les centres d’intérêt déclarés. On pourra également configurer des mots clés ou des hashtags (#) spécifiques, correspondants aux thèmatiques de la recherche.

Ainsi, les articles, sites internet, opinions et trouvaille de sa communauté de pratiques sera mise en avant, pour soi ou pour sa classe.

On comprend donc parfaitement ici que les comptes Twitter et Facebook dans lesquels la veille documentaire va être réalisée devront être complétement professionnels et dédiés à l’exercice du métier d’enseignant. Rappelons-nous ce conseil général de l’utilisation des médias sociaux en enseignement : des comptes séparés pour des usages exclusivement professionnels. Il s’agira également de surveiller les contenus diffusés par sa communauté Twitter ou facebook de façon à vérifier qu’elle réponde bien aux objectifs pédagogiques visés.

Scoop.it, start up française, réalise la curation depuis différentes sources, google, twitter, facebook, flux RSS spécifiés et bien d’autres. Les sites explorés ne sont pas liés aux comptes détenus par l’utilisateur. Le service propose également de collaborer avec d’autres scoopeurs en partageant des informations ou en suivant leurs activités.

Pearltree, également une société française, propose un concept tout à fait original et très social. Graphiquement, il reprend le concept des cartes mentales et facilite ainsi grâce à l’arborescence l’organisation des éléments sauvegardés.

La veille quant à elle est réalisée en explorant les pearltrees d’autres utilisateurs proposés grâce aux boutons « voisins » et « populaires ». Apparait alors un nuage de perles dont les centres d’intérêts sont proches des siens. La construction du Pearltree modifiera alors petit à petit cette sélection. Ainsi, la veille n’est pas réalisée par un robot mais par d’autres internautes bien réels. Le site, agit simplement en mettant en relation les utilisateurs.

Une autre fonctionnalité intéressante de Pearltree est la possibilité de réaliser le travail en temps réel en créant des équipes. Celles-ci pourront être constituées par les élèves d’une classe. La construction de ces Pearltrees peuvent même être l’occasion de faire travailler ensemble des élèves de classes différentes, d’établissements différents et pourquoi pas de pays différents.

Enfin, Pearltree peut être utilisé tout simplement comme Social Bookmarking et intégré dans une page du blog. Cela permettra ainsi à l’enseignant de proposer des sites Web de référence dans la thématique choisie.

L’intégration au blog

 Ces services de curation, nous l’avons vu permettent de réaliser des veilles technologiques et documentaires et de les partager avec sa communauté d’apprenant. Ce qui est intéressant, c’est que ces outils peuvent être intégrés physiquement au blog grâce à des « widgets ».

Techniquement, il faut repérer sur le site considéré, la mention « intégrer » ou « embed ». Celle-ci est repérée également par le symbole </>. On obtient alors un script à coller dans le blog.

Curation dans Services Web 2.0 / PedagoGeeks (pedagogeeks)

Vous avez aimé cet article ? Un clic sur les bannières publicitaires nous aide à vous proposer du contenu gratuit… 

Cette ressource est sous licence Creative Commons Attribution-Noncommercial-Share Alike 3.0 Unported