Quelques usages pédagogiques non exhautifs du Web 2.0

Voici un petit aperçu d’applications pédagogiques orientées web2.0 répertoriées dans le document de Quentin D’Souza « Web 2.0 Ideas for Educators, a guide to RSS and More« . Le billet ci-dessous reprend les points clés du document qui fait un large tour d’horizon de  l’usage possible des flux RSS en formation.

Bookmarking : Partager des flux sur Del.icio.us permet de provoquer des situations d’apprentissages : en diffusant des ressources, en partageant des recherches, en orientant les travaux des apprenants…

Blogs : L’écriture sur les blogs permet de valoriser l’expérience par la publication dans le monde réel. Le blog offre la possibilité de poursuivre les discussions en dehors de la classe. Sa facilité d’usage en fait un outil de communication particulièrement efficace dans le lien enseignant/apprenant. L’usage des commentaires permet d’apporter des précisions ou des réponses à des questions. Les commentaires peuvent aussi être utilisés comme outils de stimulation par la diffusion d’encouragements à l’apprenant.

Wikis : Particulièrement adaptés aux situations asynchrones ou lorsque les apprenants sont éloignés géographiquement. Le wiki permet une gestion aisée des travaux de groupes. Il peut aussi s’adapter dans le cadre du suivi de classe sous forme de FAQ. Le Wiki peut présenter une situation d’apprentissage particulière, à posteriori, en suggérant aux apprenants de vérifier les contenus et en apportant les corrections nécessaires (en citant les sources bien entendu).

Flux RSS : Partager des flux d’informations entre étudiants, permet une veille plus complète.

Partage de photos et autres objets : Une activité rendue possible par le développement de l’ADSL. Il s’agit ici de partager des photos entre apprenants. Ces partages peuvent s’avérer particulièrement utiles pour illustrer des travaux, provoquer l’écriture et la créativité, stimuler la motivation par une utilisation ludique… Ce type d’activité peut également s’appuyer sur du partage de vidéo, de diaporamas…

Informations sur la classe : La création d’un site pour l’école ou la classe permet de diffuser une information en temps réel, grâce aux flux RSS, pour les apprenants comme pour les parents ou les financeurs.

Discussions en ligne : Parfois plus simple qu’un blog, un espace de discussion (parfois doté d’une fonction RSS) permet de faciliter la communication. Ces discussions en ligne peuvent prendre la forme écrite mais aussi audio ou vidéo.

S’approprier le web : Les flux permettent de s’approprier le web en construisant ses propres pages sur lesquelles on peut suivre tel ou tel journaliste, tel ou tel magasine.

Podcast : Cet outil permet de récupérer des flux audios. Ces flux peuvent notamment être générés automatiquement à partir de flux écrits, d’après un article de blog par exemple. Cela permet une vraie valorisation du travail des apprenants. Les fichiers créés sont récupérables au format mp3 pour une utilisation sur un lecteur portable par exemple.

Partager de la vidéo : C’est une des évolutions importantes du web de ces dernières années. Réaliser des vidéos avec les apprenants est désormais assez simple, les mettre en ligne pour illustrer un thème ou comme supports d’un cours de langue est quasi-enfantin.

e-portfolios : L’occasion de rassembler des informations et de les partager facilement avec d’autres enseignants : sites, blogs, vidéos mais aussi réflexions personnelles et thèmes d’études.

Et aussi… : Utiliser les flux RSS pour relayer des informations sur les portables, PDA et autres blackberries. Partager des notes entre plusieurs groupes de travail. Récupérer des feedbacks en provenance de tiers à la formation. Développer les contacts avec les parents. Construire des cartes heuristiques. Partager un calendrier…

Ce billet manque d’illustration ? Il est aussi prétexte à une mise en pratique des principes du web 2.0 en vous invitant, en guise de conclusion, à nous faire part de vos usages en matière d’utilisation d’outils web2.0 pour la formation.

Georges Siemens nous livre ici quelques aspects pratiques pour développer des approches connectivistes au sein d’une classe :

1. Créez des blogs pour la classe … Compilez les travaux dans un agrégateur – comme PageFlakes – qui fournira aux apprenants une seule page regroupant ce que les autres apprenants ont blogué.

2. Utilisez des activités d’apprentissage collaboratif(au travers d’un wiki par ewemple)

3. Ouvrez vos propres ressources à la collaboration et au partage.

4. Pour être mises en réseau, les ressources et les conversations ont besoin d’un certain degré d’ouverture. Cela peut mettre mal à l’aise… il est important de créer aussi des environnements plus sécurisés qui rassureront !

5. Utiliser les systèmes ouverts de ressources éducatives dans la planification et la prestation de matériel didactique : jeux, des vidéos, des podcasts, des interviews. De nombreuses ressources existent déjà pour ce type de contenu … et la liste s’allonge tous les jours.

6. Si la classe est centrée sur un théoricien ou scientifique, au lieu de parler de lui, facilitez l’écoute directe à la source (conf, podcast…etc)

7. Facilitez la recherche des ressources – exp : citez quelques théoriciens et affichez les sur votre blog pour de futures références de classe.

8. Expérimentez différents outils et approches pédagogiques. exp :Visitez Second Life avec la classe. Créez des podcasts. Faire participer les apprenants . Les faire réfléchir sur les activités d’apprentissage.

9. Fournissez aux apprenants les ressources qui permettront de continuer à nourrir leur apprentissage après que le cours soit terminé. Les orienter vers des blogs, des forums, des réseaux ning, ou d’autres collectivités et réseaux. Le contenu d’une discipline va changer. Quand les apprenants sont «branchés» à un réseau, ils ont l’occasion de se tenir au courant.

10. Développez les compétences de l’apprenant à participer et à contribuer aux réseaux. méta-évaluez des compétences telles que l’authenticité de l’information … les encourager à développer des compétences conceptuelles – comme accepter l’ambiguïté et le fonctionnement dans un environnement incertain.

11. Combinez les mondes et les expriences – exp : à l’Université du Manitoba, les 3ème année ont écrit le texte du livre pour les étudiants de première année

12. Enrichissez les cours grâce à un réseau d’experts externes et d’autres apprenants (cycles supérieurs, les autres institutions).

Leave A Reply

Your email address will not be published.